Découvrir les documents (8 total)

Dès le mois d'août 1914, face à la crainte d'une cinquième colonne, de traîtres, d'espions allemands qui viendraient saboter et ou prendre des informations capitales sur l'armée française, est mi en place un système de garde-voies, le long…

Dès le mois d'août 1914, face à la crainte d'une cinquième colonne, de traîtres, d'espions allemands qui viendraient saboter et ou prendre des informations capitales sur l'armée française, est mi en place un système de garde-voies, le long…

fin juin 1914, numéro 3254

Près de la place Carnot, se trouve la place Marceau et la caserne du même nom. Boudeau, photographie là, cinq hommes , dont un à gauche, tient son clairon, l'autre à droite le fusil Lebel. Étonnamment, il la…

« Pendant » de l'autre photographie du même titre, celle-ci ne montre que les prisonniers allemands, toujours dans la même caserne, probablement celle de Beaupuy. Ils sont ici au nombre de neuf, contre huit seulement sur l'autre. Six…

Prise dans une des casernes de Limoges, à la fin de l’été ou au tout début de l’automne 1914, elle nous montre dans l’angle d’une cour pavée, des Français et des Allemands occupés aux mêmes tâches. Les prisonniers allemands placés…

Durant l'été 1914, en août ou septembre, Jean-Baptiste Boudeau réalise une photographie totalement inédite, concernant le conflit qui vient de débuter. La période de tension est grande, et on voit en France un peu partout des espions…

Tags: ,

Durant l'année 1912, qui voit éclore la deuxième crise du Maroc, ainsi qu'une guerre balkanique, la montée des périls se poursuit, voire s'accentue. Ici, Jean-Baptiste Boudeau qui a aussi photographié des enseignes publicitaires, photographie…

« Vers 1891, une association d'anciens combattants prévoit la réalisation d'un monument à la mémoire de l'ensemble des soldats originaires de Haute-Vienne, morts au cours de la guerre contre les Prussiens [...]. Le comité décide de traiter…